jeudi 3 juillet 2014

Ultra HD 4K : HDMI 2.0 finalement pas si utile que ça?



Après avoir longuement débatu avec les différents organismes de normalisation vidéo dont la SMPTE (pour les USA) et l'EBU (pour l'Europe), la CEA (Consumer Electronic Association) a enfin publié la nouvelle version des spécifications audiovisuelles de la norme Ultra HD. Cette mise à jour des spécifications a été établie sur le fait que les contenus Ultra HD tardent aujourd'hui à arriver. Afin d'accélérer le processus de développement de programmes Ultra HD, cette nouvelle normalisation plus "light" que la précédente revoit à la baisse la qualité mais apporte aussi quelques améliorations notamment en matière de protection des contenus via le HDCP 2.2. Le terme Ultra HD évolue en intégrant le sigle "4K", mot clé devenu incontournable sur les réseaux sociaux malgré son utilisation initialement restreinte aux normes vidéo professionnelles. Ainsi, il est désormais possible de parler de "Ultra HD 4K" ou de "UHD 4K". On peut aussi imaginer que le terme pourra plus tard se décliner en "Ultra HD 8K" et "UHD 8K" lorsque la prochaine norme sera établie.




Comme la profondeur couleur couleur minimum a été réduite à 8 bits, il parait clair maintenant que le futur format Blu-ray 4K n'utilisera donc finalement pas plus de 8 bits par couleur à moins d'être rétro-compatible via un système d'encodage particulier dans le style du "xvYCC". Initié il y a quelques années par Sony et connu aujourd'hui chez le fabricant nippon sous l'appellation "x.v.Colour", ce format est utilisé dans le support "Blu-ray Mastered in 4K", largement décrié sur le Net pour la confusion qu'il suscite dans l'esprit du consommateur. En effet, le support de Sony n'est ni plus ni moins qu'un Blu-ray classique, et non un Blu-ray 4K.
Quoi qu'il en soit, le HDMI 2.0 ne parait donc clairement plus indispensable pour véhiculer un flux vidéo Ultra HD, y compris en 60p, sauf si l'encodage couleur du Blu-ray 4K passe en 4:2:2 au lieu de 4:2:0 utilisé aujourd'hui sur l'encodage des Blu-ray actuel. Et comme de toute façon, la plupart des films utilisent une fréquence de 23,976 Hz, 24 Hz ou 25 Hz, le débit supérieur du HDMI 2.0 devient dans ce cas complètement superflu, y compris en 4:2:2. Et pour le son, pas de problème non plus. Le Dolby Atmos est en effet compatible HDMI 1.3!

Alors si votre futur lecteur multimédia Ultra HD 4K n'est pas compatible HDMI 2.0, ce ne sera donc pas vraiment un problème!

Spécifications générales de l'Ultra HD v.2
Résolution d'affichage : au moins 8 millions de pixels actifs, avec au minimum une résolution de 3840 (horizontal) sur 2160 pixels (vertical).
Ratio : un rapport hauteur/largeur conforme à la résolution native de l'écran, 16:9 ou plus.
Upconversion : est en mesure d'upscaler de la vidéo HD et l'afficher en résolution Ultra HD
Entrée numérique : possède une ou plusieurs entrées HDMI capable d'afficher nativement les contenus en 3840 x 2160 pixels à 24, 30 et 60 im/s. Au moins une entrée HDMI doit être en mesure de supporter la norme de protection HDCP 2.2 ou équivalent.
Colorimétrie : prise en charge des contenus encodés à la norme ITU-R BT.709 et possibilité de couvrir des normes de colorimétrie plus larges.
Profondeur de bits : possède une profondeur minimum de 8 bits
Codec vidéo : décodage vidéo IP pour les contenus délivrés en résolution 3840 x 2160 pixels, compressés en HEVC et d'autres standards d'encodage.
Codec audio : réceptionne et reproduit, et/ou propose des sorties audio multicanal.
IP et réseau : réception de vidéos Ultra HD sur IP par le biais du Wi-Fi, Ethernet ou équivalent.
Services d'application : réception des vidéos Ultra HD sur IP à l'aide d'applications ou services disponibles sur les plateformes sélectionnées par les constructeurs.

5 commentaires:

  1. Excusez-moi si je dis une bêtise, mais je voudrais vous demander s'il était possible que le lecteur OPPO BDP-103D puisse lire du 4K (des futurs disques) par l'intermédiaire d'une mise à jour ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est peu probable car les futurs disques devraient être physiquement différents des Blu-ray actuels aux dernières nouvelles (plus de couches).

      Supprimer
  2. tout ça pour ça.
    Après l'abandon de la meilleure des techno : le plasma et la qualité médiocre des écrans lcd / led (image bain d'huile) ils nous faut absolument passer au 4k le plus vite possible pour retrouver un semblant d'image de qualité style plasma sans que ça coute aux constructeurs car la marge est bien plus importante que la qualité, qui dit nouvelle norme dit certification et donc passage à la caisse du hdmi forum.
    Ils ont déjà perdu un max de fric avec la 3d et ils savent que l'ultra hd ne sera pas adopté par tout le monde, pour ma part un BR en 1080p sur un écran plasma de 60" me convient.
    Seuls les possesseurs de lcd/led (tu m’étonnes, d'un autre coté un cinéphile qui achète une dalle lcd/led doit absolument consulter son opticien) et de vidéoprojecteur apprécieront.

    RépondreSupprimer
  3. Quelle déception de constater la régression sur le codage couleur ! Dire que cela promettait tant avec l'avènement prochain des OLED...

    Par contre, je trouve qu'on enterre un peu vite le HDMI 2.0. A mon avis, on en reparlera quand sortira un coffret trilogie du Hobbit en Blu-Ray 4K 3D à 48fps (et en attendant les futures suites d'Avatar).

    Quant à l'intérêt de la 4K, comme dans le commentaire précédent, je trouve qu'un bon Blu-Ray sur un écran de 50 à 60'' passe encore très bien.
    Le problème des téléviseurs 4K, c'est qu'il s'agit justement de "téléviseurs". Regarder les JT de TF1 ou de France 2 à 2m d'un écran de 60'', même si toutes les images sont en 4K, ça paraît inconcevable. Or, la distance de recul nécessaire pour voir de manière confortable ce type de programmes implique justement de perdre tout le bénéfice de la 4K, au point de la mettre au niveau de la Full HD.

    N'est-ce pas finalement une technologie réservée aux vidéo-projecteurs (et à ceux qui ont les moyens de mettre un très grand écran chez eux) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Hobbit, franchement je n'y crois pas du tout. Le film Brainstorm Douglas Trumbull dont les séquences Showscan 70mm ont été tournées en 60 images par seconde aurait tout à fait pu être proposé en 1080i60, au moins en tant que bonus. Cela aurait été très intéressant. Mais ce n'est pas le cas. Alors pour le 48p, de surcroit en 3D, je n'y crois pas du tout, surtout vis-à-vis de l'échec commercial du Blu-ray 3D.

      Supprimer