mardi 8 mars 2016

Ultra HD Blu-ray: le scandale des masters 2K qui n'en n'est pas un!



Un sujet très polémique enflamme la toile actuellement et pour d'injustes raisons. HD LAND souhaite donc mettre les choses au point pour rétablir la vérité sur cette question complexe..

La polémique est la suivante : 90% des films proposés actuellement en Ultra HD Blu-ray n'auraient été masterisés qu'en résolution 2K. Seul Sony proposerait des masters 4K sur 100% de son catalogue. Scandale? Pas vraiment selon nous.

NOTE IMPORTANTE: les articles de HD FEVER ne sont absolument pas visés dans cette article. HD FEVER est en effet l'un des rares sites d'actu spécialisé vraiment objectif et pointu dans le domaine de la vidéo en France. 

La compression. Le format Blu-ray utilise aujourd'hui le codec de compression AVC (H.264), tandis que le format Ultra HD Blu-ray utilise le format de compression HEVC qui est environ 5 fois plus performant que le H.264 en résolution Ultra HD.

Le débit vidéo. Il a été multiplié environ par 4 par rapport à celui du Blu-ray.

La résolution native des sous-pixels. Le 4K professionnel dispose de presque 3 fois plus de résolution native que l'Ultra HD grand public. De la même manière, le 2K professionnel dispose d'environ 2 fois plus de résolution native que le format Blu-ray. Et c'est ce point précis que les journalistes ont totalement oublié.



Explications. 

En vidéo grand public, et cela depuis toujours, la luminance est séparée de la chrominance. La luminance utilise un signal (Y) tandis que la chrominance utilise un signal séparé en deux couches (Cb et Cr). On utilise ensuite une formule de matriçage couleur pour encoder les 3 flux. Cette formule mathématique est appelée YUV (terme injustement employé pour désigner la connectique Vidéo Composante). En format Blu-ray, seule la couche de luminance est encodée en 1920x1080. Les deux autres couches sont encodées en 4 fois moins de résolution soit 960x540. On appelle cela un encodage couleur en 4:2:0. En 2K professionnel, l'encodage est réalisé en 4:4:4, c'est à dire que les 3 signaux sont encodés en résolution native 2K soit 2048x1080.


De la même manière, en Ultra HD grand public, la vidéo est encodée en 4:2:0 soit une couche encodée en 3840x2160 et les deux autres couches encodées en résolution de 1920x1080. En 4K pro, la vidéo est encodée en 4:4:4 soit trois couches en vraie résolution 4K soit 4096x2160.




A vos calculettes!

Pour connaître donc la résolution réelle de la vidéo et savoir de ce que l'on parle, il faut comparer le nombre de sous-pixels et non le nombre de pixels de la couche de luminance.

Master 4K
Résolution horizontale : 4096 + 4096 + 4096 = 12 288 sous-pixels
Résolution verticale : 2160 + 2160 + 2160 = 6480 sous-pixels
Total de sous-pixels : 12 288 x 6480 = 80 millions de sous-pixels

Ultra HD
Résolution horizontale : 3840 + 1920 + 1920 = 7680 sous-pixels
Résolution verticale : 2160 + 1080 + 1080 = 4320 sous-pixels
Total de sous-pixels : 7680 x 4320 = 33 millions de sous-pixels

Master 2K
Résolution horizontale : 2048 + 2048 + 2048 = 6144 sous-pixels
Résolution verticale : 1080 + 1080 + 1080 = 3240 sous-pixels
Total de sous-pixels : 6144 x 3240 = 20 millions de sous-pixels

Blu-ray
Résolution horizontale : 1920 + 960 + 960 = 3840
Résolution verticale : 1080 + 540 + 540 = 2160
Total de sous-pixels : 3840 x 2160 = 8 millions de sous-pixels

Ainsi, un disque Ultra HD Blu-ray masterisé en 2K propose 12 millions de sous-pixels supplémentaires par rapport à un Blu-ray traditionnel.

Même s'il y a en effet une différence avec un master 4K, le gain est très peu significatif, surtout qu'à une telle résolution, il faut que les plans soient absolument parfaits, totalement stables, tournés avec des optiques ultra piquées pour que la différence soit réellement visible à l'écran. Il faut aussi préciser qu'un bon master 2K pourra être meilleur qu'un mauvais master 4K dans le cas d'un télécinéma provenant du scan d'une pellicule argentique. La qualité de la restauration est également un élément essentiel bien souvent oublié. On peut ainsi supposer qu'un Ultra HD Blu-ray masterisé en 2K pourra être parfois meilleur qu'une édition Ultra HD Blu-ray du même titre masterisé en 4K si la restauration n'est pas au niveau. Petite exception concernant les films en noir et blanc: comme seule la couche de luminance est exploitée, la résolution native est bien supérieure à celle d'un film en couleurs mais nécessitera cette fois un master 4K pour bénéficier du gain de résolution.

Attention, cette remarque ne s'applique pas aux images sombres. En effet, l’œil humain est beaucoup moins sensible à la chrominance dans les basses lumières. En revanche, il est extrêmement sensible aux différences de nuances dans les basses lumières, et particulièrement en vidéoprojection où l'iris de l’œil se ferme davantage.

Alors rassurez-vous! Même si les masters de vos disques Ultra HD ne sont pas en 4K, le gain par rapport à du Blu-ray sera réellement significatif :

Ultra HD Blu-ray avec master 2K par rapport au Blu-ray
- Plus de 2 fois plus de résolution supplémentaire
- Qualité de compression multipliée par 5
- Débit multiplié par 3 voire 4
- Nombre de gradations qui passe à 1024 au lieu de 256 pour les dégradés
- Saturation des couleurs multipliée par 2 (gamut)

Tout cela pour dire que les journalistes à scandales font parfois beaucoup de bruit pour rien... Alors n'hésitez pas à partager cet article!

Pour info, HD LAND recevra très bientôt les premières platines Ultra HD Blu-ray ainsi que les premiers titres. Pour toute demande d'information complémentaire, n'hésitez pas contacter Christophe au 01 44 69 29 00.

Et pour profiter du 4K sur votre télévision 1080p, n'oubliez pas que le Zappiti Player 4K le permet, et cela grâce à son traitement d'image Zappiti Magic pixel qui sort une vraie résolution 1080p  4:4:4 non compressée et gagnant ainsi en résolution supplémentaire par rapport au Blu-ray.

www.zappiti.com



5 commentaires:

  1. Prés intéressant Christophe, merci pour ces explications qu'on connaissait déjà, mais qui a dit le contraire ? Tu dis exactement ce qu'on dit, que la définition native ne sera pas en UHD pour trop de titres, même si certaines améliorations sont très intéressantes.

    PP Garcia dans sa vidéo, ou les journalistes comme moi qui ont repris sa vidéo, ne remettent à aucun moment en question les améliorations en terme de qualité que vont apporter ces nouveaux Blu-ray UHD, je les mets en avant dans des dizaines d'articles et tests depuis un moment, que ce soit l'encodage 10 bits, les améliorations de chrominance/luminance, le HDR, etc,

    Et puis tu oublis quelque chose d'important, combien de TV sont capables de restituer tout ça ? quasiment 100% des dalles LED ne sont même pas en 10 bits natif, c'est du 8 bits Dithering (simulation 10 bits à partir d'une dalle 8 bits).

    Pratiquement aucun téléviseur actuel n'est capable d'offrir une bonne expérience en HDR. Ça c'est la réalité du terrain, hors tous propos marketing.

    Cela dit, on nous annonce de la vidéo UHD qui n'est que de l'upscaling sur beaucoup trop de titres. C'est un fait, que personne ne peut contester !

    Que tu donnes ton avis sur la question, c'est très intéressant, mais tes attaques envers nous autres journalistes sont très étonnantes ! je suis le premier à promouvoir l'UHD ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Nicolas,
      Je ne visais absolument pas tes articles car tu es à ce jour l'un des rares journalistes audio vidéo français à aller au fond des choses. Et tu as bien raison de souligner l'importance des téléviseurs capables de restituer tout ça, en particulier en ce qui concerne le 10 bits, le HDR et le large gamut. Mais le 10 bits est parfaitement restitué sur les projecteurs 4K Sony (affiché d'ailleurs en 12 bits). Mais personnellement je me réjouis de voir enfin l'arrivée des premier contenus 4K et même si au début on ne pourra pas profiter à fond de toutes les améliorations, ce sera toujours une belle progression par rapport au format Blu-ray. Alors ne jetons pas trop vite la pierre aux éditeurs.

      Supprimer
  2. J'ai ajouté une petite note dans mon article à propos de HD FEVER pour bien préciser que HD FEVER n'est absolument pas visé. J'ai juste trouvé assez révoltant de jeter la pierre aux éditeurs de cette façon. Mais on a tous nos coups d'humeur (ou billet) ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour

    Après toutes les vérités sont bonnes a dire en bien ou en mal ,mais il faut le dire .
    Un peut de respect pour des gens passionnés qui disent la vérité aux consommateurs .

    Je me rappel du début du blu ray ou certaines éditions ont collait simplement le dvd sur le format blu ray une pure balgue des éditeurs.

    Rien de méchant envers vous ,mais il faut pas vendre un ferrari aux clients qui est en faite une camouflé en renault !!!!

    Sony reste a ce jour le seul vrai éditeur honnète envers le consommateur et il faut le respecter .

    sur ce aurevoir .

    RépondreSupprimer
  4. mr Christophe Cherel

    on défend son bysness normal ,mais il y a aussi du vrai dans ses pseudo 4k ,seul sony propose de vrai éditions uhd !!!!!

    cdt

    RépondreSupprimer