mercredi 24 juillet 2019

Critique de NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON (2019) de Philippe Lacheau


đź’ˇ Ă€ savoir :

RĂ©alisĂ© par Philippe Lacheau (Baby sitting 1 & 2), le film NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON est une adaptation du manga (Bande DessinĂ©e japonaise) CITY HUNTER dont il Ă©tait un grand fan incontestĂ© dans son enfance il y a presque une trentaine d’annĂ©es. En plus de le rĂ©aliser, il y interprète le rĂ´le de Nicky Larson (ou RyĂ´ Saeba dans sa version originale) avec brio. Il est Ă©paulĂ© par sa troupe "la bande Ă  fifi" qui le suit depuis qu'ils ont fait partie de l'Ă©quipe du grand journal de 2005 Ă  2007, Tarek Boudali et Julien Arruti. Il donne aussi la rĂ©plique Ă  Elodie Fontan (Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu 1 & 2) qui joue ici une Laura parfaitement fidèle Ă  l’oeuvre originale. MĂŞme Didier Bourdon (les trois frères 1 et 2) est encore de la partie après le film Alibi.com, dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© et interprĂ©tĂ© par Philippe Lacheau. 

Ce jeune acteur / rĂ©alisateur, prodige du cinĂ©ma français de la nouvelle vague, couronnĂ© de succès Ă  chaque nouvelle comĂ©die, s’est battu corps et âme pour obtenir les droits de la licence japonaise. Ainsi, il a mĂŞme dĂ» prendre 8 kilos de muscle afin de pouvoir rester crĂ©dible en jouant le rĂ´le de son personnage adorĂ©, après s’ĂŞtre revisionnĂ© les 144 Ă©pisodes de la sĂ©rie animĂ©e (avec ses doublages français dĂ©licieusement ridicules) et relu les 37 tomes du manga qui est une version plus adulte. MĂŞme le mangaka Tsukasa Hojo (père de la saga) a apprĂ©ciĂ© le film et a saluĂ© le travail du rĂ©alisateur nĂ© dans le Val-De-Marne, pour avoir su rendre l’univers de City Hunter aussi palpable.

Quand sa fine Ă©quipe est rĂ©unie, le mal est toujours puni ! 

đź“– L’histoire :

Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un dĂ©tective privĂ© totalement hors-pair. ÉpaulĂ© par son associĂ©e Laura, elle aura bien du mal Ă  supporter son cĂ´tĂ© pervers (“surtout si la fille est mignonne”). EntraĂ®nĂ© dans un imbroglio accidentel, il est finalement appelĂ© pour une mission Ă  hauts risques : rĂ©cupĂ©rer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrĂ©sistible celui qui l’utilise, dont il se trouve ĂŞtre justement la malencontreuse victime. Mission qui mènera nos joyeux lurons au cĹ“ur d'une aventure rocambolesque digne d'un Ă©pisode de l'animĂ© nippon.

Scène électrique, Laura est prête à accorder une danse à Nicky, et plus si affinités...

đź“ą RĂ©alisation / mise en scène :

MalgrĂ© la bande-annonce qui avait un peu effrayĂ© les amateurs du manga ou de l’animĂ© d’origine, ce film est une vĂ©ritable dĂ©claration d’amour qui rend hommage Ă  la sĂ©rie Ă©ponyme et Ă  toute la gĂ©nĂ©ration du Club DorothĂ©e! Les clins d’Ĺ“il humoristiques et autres rĂ©fĂ©rences pullulent et sont souvent plutĂ´t bien amenĂ©s. Les dĂ©cors fictifs nous faisant voyager d’une capitale Parisienne exagĂ©rĂ©ment tentaculaire, Ă  un sud de la France excessivement fastueux et opulent, semblent tout Ă  fait dans l’ambiance d'origine, et les costumes sont scrupuleusement fidèles sans donner l’impression de voir des acteurs dĂ©guisĂ©s en cosplay pour autant. 

La mise en scène de cette comĂ©die est des plus efficaces et cohĂ©rente, d’autant qu’elle rĂ©serve d’Ă©normes surprises lors de certaines scènes d’action filmĂ©es et tournĂ©es de manière très originale. Philippe Lacheau incarne Nicky avec grande justesse, et nous oublions très vite l'acteur derrière le charisme du personnage, entre ses rĂ©pliques libidineuses et son flegme Ă  toute Ă©preuve lorsqu'il faut jouer des poings et des pistolets. Nul besoin d’ĂŞtre un adorateur du manga pour comprendre le sujet, s’attacher aux protagonistes, aux relations qu’ils entretiennent, et ĂŞtre emportĂ©s dans l'action prenante du film.

Je pense qu'il est grand temps de désamorcer la situation!

đź’› Impression gĂ©nĂ©rale :

Philippe Lacheau est un fervent admirateur de NICKY LARSON telle que la sĂ©rie passait au club Do, et on ne peut que reconnaĂ®tre cette Ă©vidence manifeste suite au visionnage de cette comĂ©die d’action ultra fun. Le risque Ă©tait Ă©norme et il aurait bien pu finir par en rougir de honte, mais force est de constater que le contrat est rempli avec succès, le but est atteint et il nous le prouve haut la main! Nous pouvons aisĂ©ment sentir tout le dĂ©vouement derrière cette rĂ©alisation talentueuse, et après nous ĂŞtre bien fendus la poire devant, nous ne pouvons pas nous empĂŞcher de ressortir de la sĂ©ance avec un grand sourire aux lèvres et la tĂŞte remplie de souvenirs.

Sans oublier le “Crying Freeman” (1995) de Christophe Gans avec Marc Dacascos (Le pacte des loups), c’est bien simple, notre petit Frenchy vient probablement de nous sortir ici l’un des meilleurs films transposĂ©s Ă  l’Ă©cran avec des acteurs rĂ©els, qui soit tirĂ© d’un manga. Il faut croire qu’aucun danger ne l’impressionne, Philippe Lacheau ne craint personne!

Un coup de feu qui retentit, la justice s'appelle Nicky !

🏆 Notes parmi l'équipe :

Christophe

Olivier


Anthony

Damien


Jacques





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire