mardi 13 août 2019

Critique du film SHAZAM! (2019) de David F. Sandberg



💡 À savoir :

Shazam! est une adaptation cinématographique du comics éponyme, portage réalisé sur grand écran par David F. Sandberg (Annabelle 2).

Apparu pour la première fois dans le numéro 2 de Whiz Comics en 1940 et baptisé au départ Captain Marvel, le personnage fut renommé Shazam en 2011 afin d'éviter la confusion avec le super-héros de chez Marvel Comics créé en 1968. À noter que c'est en 1972 que Shazam intègre finalement l'univers DC Comics.

Cela va faire depuis une douzaine d’annĂ©es que le projet Ă©tait dans les tuyaux, mais le pas n’avait jamais Ă©tĂ© franchi et il Ă©tait restĂ© longtemps Ă  l’abandon jusqu'Ă  aujourd'hui.

Zachary Levi qui interprète Shazam Ă  l’Ă©cran, retrouve de nouveau le rĂ´le d’un homme dĂ©couvrant des pouvoirs fantastiques qui le dĂ©passent complètement, typiquement le style de rĂ´le qui l’avait fait connaĂ®tre et dans lequel il excellait dĂ©jĂ  dans la sĂ©rie Chuck de 2007 Ă  2012.

Suite aux accusations de la presse amĂ©ricaine d’un rembourrage artificiel de son costume, Zachary Levi s’est dĂ©fendu sur les rĂ©seaux sociaux en publiant des photos de lui torse-nu qui tĂ©moignent du rĂ©sultat des mois qu’il a passĂ©s Ă  la salle de sport, prouvant alors que ses muscles ne sont dĂ©cidĂ©ment pas faits que de coton.

Quant Ă  l’antagoniste du film, le Docteur Thaddeus Sivana, il est campĂ© par un Mark Strong (Kingsman) qui cabotine comme jamais en grand mĂ©chant pas beau, pour notre plus grand bonheur.

Toute notre petite famille au grand complet, tous dans les starting blocks, prêts à décamper!

đź“– L’histoire :

Philadelphie, de nos jours, Billy Batson, gamin dĂ©brouillard de 14 ans Ă  l’enfance ingrate, est placĂ© dans une Ă©nième famille d'accueil. Il fait une rencontre inattendue et surprenante qui lui permettra de se transformer instantanĂ©ment en demi-Dieu Ă  volontĂ©, simplement en criant le nom de son alter-ego : SHAZAM !

Ado au coeur pur dans un fabuleux corps d'adulte sculptural vĂŞtu d’un costume kitsch dĂ©licieusement ridicule, Shazam s'amuse avec ses nouvelles aptitudes divines. AccompagnĂ© de son acolyte de chambrĂ©e, Freddy, ils vont dĂ©couvrir ensemble la palette de possibilitĂ©s inespĂ©rĂ©es qui s’ouvre Ă  eux grâce Ă  ses facultĂ©s surhumaines. Pour cela, ils vont tester ses limites et braver joyeusement de nombreux interdits en profitant pour faire de grosses bĂŞtises que tous les jeunes garçons de cet âge rĂŞveraient de pouvoir faire.

Mais notre "champion" amateur, toujours en apprentissage, devra Ă©galement se servir de ses incroyables capacitĂ©s pour affronter un puissant ennemi obsĂ©dĂ© par sa vengeance, et asservi par ses sept pĂ©chĂ©s capitaux monstrueux qui menacent l’humanitĂ©.

Dans un esprit très dĂ©calĂ© et d’une naĂŻvetĂ© enfantine, entre des petites rigolades innocentes et des combats aussi spectaculaires que rocambolesques, nos deux zigotos vont ainsi rĂ©aliser qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilitĂ©s.

Courageux mais pas téméraire hein !

📹 Réalisation / mise en scène :

Cette comĂ©die d’action super-hĂ©roĂŻque est traitĂ©e sur un ton lĂ©ger et rafraĂ®chissant. Il persiste une petite partie du scĂ©nario un peu plus tourmentĂ©e et dramatique que le reste, pour ajouter une pincĂ©e de rĂ©alisme, mais cela reste assez secondaire au dĂ©veloppement du rĂ©cit.

Dans l’ensemble, la rĂ©alisation semble plutĂ´t simple, basique et efficace, ce qui doit probablement se conformer au public de teenagers auquel le film est principalement destinĂ©, sans pour autant faire fuir les adultes qui peuvent tout de mĂŞme passer un bon moment. Nulle originalitĂ© Ă  signaler dans la mise en scène qui reste simplement gĂ©nĂ©rique.

L’humour est omniprĂ©sent, et s’appuie Ă©normĂ©ment sur de nombreuses rĂ©fĂ©rences Ă  la culture pop. Toutes ces allusions fortement appuyĂ©es, en guise de clins d’oeil pour les plus geeks, sont autant de ressorts comiques que des scènes servant Ă  rendre les protagonistes plus attachants.

La vertigineuse ville Canadienne de Toronto fut utilisĂ©e pour transposer celle de Philadelphie Ă  l’Ă©cran, et on peut dire que l’illusion est efficace.

Les costumes sont respectables mais rien de particulièrement remarquable.

Les effets spĂ©ciaux sont passables mais lĂ  encore, rien de rĂ©ellement "foudroyant" pour nos rĂ©tines contrairement Ă  ce que les pouvoirs Ă©lectriques de Shazam pourraient faire croire. En effet, on se demande quelquefois oĂą sont passĂ©s les dizaines de millions de dollars du film, car l’incrustation des personnages sous fond vert lors des scènes de vol est assez grossière, et les images de synthèse pour les monstres ont un peu l’air d’ĂŞtre sorties d’un autre âge.

Les scènes d’action sont agrĂ©ables, sans ĂŞtre transcendantes, elles font bien le job, tout comme les thèmes orchestraux Ă©piques qui les soutiennent en fond sonore.

En ce qui concerne les jeux d’acteurs, on peut voir qu’ils se rĂ©galent dans ce registre qui ne leur est pas inconnu.

Donc si j'ai bien compris, c'est bien toi le grand méchant vilain de l'histoire!

💛 Impression générale :

Sympathique, cette Ă©nième “origin story” de super hĂ©ros, ne restera pas forcĂ©ment dans les mĂ©moires mais se laisse bien suivre sans s'ennuyer, on peut mĂŞme y ressentir un certain dĂ©foulement. C’est amusant, loufoque, et divertissant, une vraie rĂ©crĂ©ation, et c’est dĂ©jĂ  pas mal.

Avec des recettes mondiales atteignant les 365 millions de dollars, pour un budget initial de “seulement” 100 millions de dollars, ce petit blockbuster signĂ© de l’Ă©curie DC comics, est un bon petit succès commercial et critique (mĂŞme si on reste loin des 1,150 milliards rapportĂ©s par Aquaman qui en avait coĂ»tĂ© 200 millions).

Nous pouvons donc certainement ĂŞtre rassurĂ©s quant Ă  la forte probabilitĂ© que la production d’une suite sera lancĂ©e dans les prochaines annĂ©es, et après tout pourquoi pas. Nous ne rechignerions pas face Ă  un dĂ©veloppement plus approfondi de cet univers, Ă  peine effleurĂ© dans cet Ă©pisode. Dwayne Johnson AKA The Rock (Jumanji) a apparemment Ă©tĂ© confirmĂ© pour jouer Black Adam Ă  l'avenir, une version malĂ©fique de Shazam qui oscille aujourd'hui entre le bien et le mal, alors rien que pour voir ça, nous signons tout de suite!

Qu'est-ce qu'on s'Ă©clate !


🏆 Notes parmi l'équipe :

Damien
Olivier
Jacques

Critique rédigée par Damien


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire