mercredi 13 novembre 2019

Critique de SPIDER-MAN : FAR FROM HOME (2019) de Jon Watts



💡 À savoir :

Spider-Man : Far From Home sorti Ă  peine deux mois après Avengers : Endgame, fut finalement prĂ©sentĂ© comme Ă©tant la dernière partie clĂ´turant dĂ©finitivement la troisième phase du Marvel Cinematic Universe. L'ultime conclusion post-Thanos, venant d’une grosse production estampillĂ©e Sony Pictures cette fois, puisque c’est eux qui possèdent les droits de distribution du personnage au cinĂ©ma (mĂŞme si Marvel Studios Ă©crit et produit tous les rĂ©cents Spider-Man).

RĂ©alisĂ© par le jeune inexpĂ©rimentĂ© Jon Watts (Cop Car) qui n’avait rĂ©alisĂ© quasiment que Spider-Man : Homecoming prĂ©cĂ©demment après quelques mĂ©trages tournĂ©s presque en amateur, le film peut compter sur son casting dĂ©jĂ  installĂ© depuis son prĂ©dĂ©cesseur. Ainsi nous retrouvons ce très cher Tom Holland (The impossible) en tant que Peter Parker dans les diffĂ©rents costumes de l’homme-araignĂ©e. Jacob Batalon (Every day) incarne Ă  nouveau le jeune trublion Ned, meilleur ami de Peter. Zendaya (Zapped) reprend son rĂ´le d’une MJ (Michelle Jones) Ă  la personnalitĂ© grincheuse, Ă  l’opposĂ© d’une certaine Mary Jane Watson. Samuel L Jackson (Glass) interprète encore l’ultra-charismatique Nick Fury, celui qui est derrière la crĂ©ation des Avengers. Quant Ă  Jake Gyllenhall (Prince of Persia), il fait sa première apparition dans cet univers Marvel dans la peau de l’exubĂ©rant Quentin Beck alias Mysterio.

Étant l'un des seuls films non Disney qui a rapportĂ© plus d’un milliard de dollars au box office cette annĂ©e avec Joker, la firme Ă  la petite souris a voulu renĂ©gocier son contrat avec Sony Pictures pour obtenir un pourcentage bien plus Ă©levĂ© sur le partage du personnage Ă©tabli entre les aventures solo sur l'araignĂ©e signĂ©es Sony, et celles de la saga collĂ©giale Marvel signĂ©es Disney. On a frĂ´lĂ© le drame international car aucun des deux studios n'arrivaient Ă  se mettre d'accord, mais finalement un accord a pu ĂŞtre conclu, et notre protagoniste Ă  toiles collantes n’aura donc aucune difficultĂ© Ă  voltiger d’un Ă©pisode Ă  l’autre Ă  l’avenir, pour notre plus grand bonheur.

Tom Holland Ă©tant connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, avait dĂ©jĂ  dĂ©voilĂ© publiquement des Ă©lĂ©ments scĂ©naristiques Ă  l’avance. Pour Ă©viter que cela ne se reproduise, les frères Russo ont mis en place une solution aussi simple que drastique : ne donner Ă  l’acteur uniquement que ses lignes de dialogues sans savoir avec qui il jouait. Il n’Ă©tait alors au courant que de quelques vagues informations pour lui dĂ©crire la situation afin d’Ă©viter qu’il n’Ă©bruite un quelconque secret de tournage.

Le long-métrage est ressorti sur grand écran aux Etats-Unis et au Canada, à peine 2 mois après sa sortie initiale, agrémenté de quelques scènes supplémentaires qui seront ajoutées à la version longue du Blu-Ray. Le même procédé avait été appliqué à la sortie cinéma de Avengers : Endgame quelques mois auparavant.

Tom Holland a tenu Ă  laisser un message reconnaissant sur twitter pour rendre hommage Ă  Steve Ditko, co-crĂ©ateur de Spider-Man et de la plupart de ses antagonistes, lors de son dĂ©cès fin juin 2019 Ă  l’âge de 90 ans, et laissant derrière lui de nombreux personnages lĂ©gendaires (y compris Dr Strange par exemple). Heureusement, toutes ces licences ne seront pas abandonnĂ©es pour finir orphelines, car vu leur succès cinĂ©matographique, elles ne risquent pas de sombrer dans l’oubli de si tĂ´t.

Nouveau look pour une nouvelle vie!

đź“– L’histoire :

Huit mois après l’ultime attaque de Thanos, la planète Terre se remet doucement de cet Ă©vĂ©nement destructeur.

Peter Parker lui aussi essaye de tourner la page et compte bien profiter d’un voyage scolaire estival en Europe organisĂ© par son lycĂ©e en compagnie de ses camarades de classe, pour enfin saisir l'occasion de pouvoir dĂ©clarer sa flamme Ă  MJ.

Il va prendre la lourde dĂ©cision de laisser le costume de super-hĂ©ros enfermĂ© au placard pour pouvoir dĂ©guster son excursion comme il se doit. Seulement, ses plans ne vont pas se passer comme prĂ©vu puisqu’il va se retrouver contraint d’accepter, Ă  contrecĹ“ur, de compromettre son expĂ©dition europĂ©enne afin d’aider Nick Fury dans ses pĂ©ripĂ©ties. En effet, ce dernier se trouve confrontĂ© Ă  de nombreuses attaques mystĂ©rieuses Ă©parpillĂ©es un peu partout sur le globe et provoquĂ©es par des monstres gigantesques.

Ainsi, Fury va prĂ©senter Ă  Parker un alliĂ© hĂ©roĂŻque venu de loin, Quentin Beck qui, lorsqu’il porte son costume, prĂ©fère se faire appeler Mysterio, et qui s’arrange toujours pour sauver la situation face Ă  ces attaques imprĂ©visibles de titans Ă©lĂ©mentaux (utilisant les pouvoirs de la terre, l’eau, l’air et le feu).

En vadrouille de Venise en Italie, Ă  Prague en RĂ©publique Tchèque, jusqu’Ă  Londres en Angleterre, Spider-Man va vivre un sĂ©jour dĂ©paysant tout en luttant contre ces Ă©tranges mastodontes dĂ©vastateurs, et contre ses propres dĂ©mons enfouis. Il va tout faire pour mettre constamment ses amis Ă  l'abri loin du danger, mais malheureusement le destin est difficile Ă  dĂ©jouer.

Bienvenue au club des Avengers mister Mysterio!

📹 Réalisation / mise en scène :

La rĂ©alisation et la mise en scène se montrent assez peu originales, nous restons dans le schĂ©ma visuel et sonore typique d’un film de super-hĂ©ros classique, Ă  l’exception d’une sĂ©quence qui se rĂ©vèle ĂŞtre d’une fulgurance psychĂ©dĂ©lique plutĂ´t remarquable, et qui mĂ©rite bien une mention spĂ©ciale.

Les scènes d’action sont tournĂ©es avec talent, parfaitement lisibles, elles sont tout bonnement palpitantes. D’autant que les dĂ©cors de villes EuropĂ©ennes dans lesquels se situent ces moments Ă©piques et dantesques, nous changent un peu des traditionnelles mĂ©gapoles amĂ©ricaines qui sont employĂ©es habituellement dans l’Ă©crasante majoritĂ© des oeuvres de ce genre.

Les effets spéciaux sont à la pointe de ce qui peut se faire pour un blockbuster hollywoodien en 2019, évidemment. Tous les monstres, les effets de fumée, d'eau, de technologies ultra-avancées, et de magie en général, transpirent le grandiose.

L’humour est particulièrement adolescent, il est vraiment ciblĂ© car il fera probablement se tordre de rire les plus jeunes, quand il esquissera Ă  peine un coin de sourire aux plus matures. La jeune gĂ©nĂ©ration est manifestement le principal public visĂ© par les gags et autres blagues.

La trame scénaristique réserve son lot de surprises et de retournements de situation, plus ou moins prévisibles. Le rythme est prenant, on ne s'ennuie pas, sauf pour quelques brefs passages relativement mièvres. Il est appréciable que le récit ne suive pas du tout les conventions traditionnelles du déroulement habituel des histoires de super-héros, car Peter va se trouver complètement déraciné dans des nouveaux pays, il va faire de graves erreurs parmi ses nombreuses gaffes, et de par sa naïveté, il va également tomber dans de nombreux pièges.

Les enjeux ne sont peut-ĂŞtre pas aussi cruciaux que dans des chapitres centrĂ©s sur l’Ă©quipe des Avengers, mais les dilemmes moraux et les Ă©tats d’âme de notre petite araignĂ©e sympa du quartier sont assez poignants pour nous tenir en haleine tout du long de ses pĂ©rĂ©grinations EuropĂ©ennes.

Tom Holland est toujours autant lĂ©gitime sous les traits de Peter Parker, et fait un parfait Spider-Man empli de doutes, gaffeur, et virevoltant Ă  tout va. D’ailleurs, nous profitons largement plus de ses diffĂ©rentes capacitĂ©s que dans le prĂ©cĂ©dent Homecoming, et visuellement nous ne pouvons qu'admettre que cela fait plaisir Ă  la rĂ©tine. Spidey s’accroche, se balance, plane, et combat tout en faisant des cabrioles en bonne et due forme, et tout ça dans plusieurs costumes variĂ©s, tous plus stylĂ©s les uns que les autres.

Quand tu dois te la jouer "infiltration" mais que ta tenue ne reste pas vraiment très discrete quand même.

💛 Impression générale :

MĂŞme s’il ne restera pas nĂ©cessairement dans les mĂ©moires bien longtemps de par sa dimension Ă©pisodique lui donnant un caractère anecdotique pas forcĂ©ment indispensable Ă  voir, il demeure tout de mĂŞme un chapitre vĂ©ritablement plaisant Ă  suivre, et surtout tellement plus intĂ©ressant que le prĂ©cĂ©dent Homecoming, Ă  tous les niveaux.

Cette progression a pu se ressentir sur le Box-Office puisque, lorsque Homecoming rapportait 880 millions de dollars pour un budget de 180 millions, ce Far From Home dépasse cette fois le milliard (1,132 milliard de dollars précisément) pour un budget tout à fait similaire.

Nul doute que l’on pourra compter sur de nombreuses suites, malgrĂ© le fait que pour le moment, il n’y a pas de date officielle actĂ©e durant la prochaine quatrième phase du Marvel Cinematic Universe jusqu’en fin 2021. Mais Spidey rempilera sans hĂ©siter pour de nouvelles aventures, car il n’est pas sans ignorer qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilitĂ©s !

Un super-atterrissage de super-héros, regarde regarde! ça bousille les genoux faut le savoir!
🏆 Notes parmi l'équipe :

Anthony

Damien

Critique rédigée par Damien



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire