mercredi 8 juillet 2020

Critique de UNDERWATER (2020) de William Eubank


💡 À savoir :

Underwater n'est que le troisième long mĂ©trage du discret rĂ©alisateur William Eubank, un habituĂ© du registre de la Science-Fiction après ses confidentiels Space Time : l'ultime odyssĂ©e en 2012, puis The signal en 2015, Ă  peine distribuĂ©s en AmĂ©rique et sortis directement en vidĂ©o par chez nous.

Ici il s'appuie sur un casting intimiste, mais de qualité, qui forme un groupe de survivants hautement charismatiques. Comptant une courageuse héroïne parmi ses rangs, Norah Price la technicienne, interprétée par une Kristen Stewart (de la saga Twilight) débordante de bravoure ici, nous pouvons aussi compter sur les bonnes blaguounettes de Paul Abel le boute-en-train de la bande campé par le jovial T.J Miller (Transformers 4 l'âge de l'extinction). Nous accompagnons également Rodrigo Nagenda joué par Mamoudou Athie (The circle), le romantique ingénieur Liam Smith incarné par John Gallagher Jr (10 Cloverfield Lane) attaché à la fragile Emily dont l'actrice Jessica Henwick (Game of Thrones) arrive à saisir pleinement toute la candeur. Enfin, le capitaine Lucien est parfaitement tenu par un Vincent Cassel (La Haine) qui sait manifestement garder son sang froid, y compris dans les pires circonstances.

Tourné au printemps 2017, il ne sortira finalement qu'en Janvier 2020 à cause du rachat de la Fox par Disney.

Non, je ne pense pas que ce soit un Lupus! C'est jamais un Lupus!

đź“– L’histoire :


La station Kepler 822 est située au fond de la fosse des Mariannes, la zone sous-marine la plus profonde que nous connaissions, à une dizaine de kilomètres de profondeur. Elle abrite de nombreux employés d'une multinationale qui y travaillent quotidiennement.

Une catastrophe mystérieuse se produit brusquement, faisant alors sombrer toute une partie de la station avec l'écrasante majorité de son équipage.

Notre héroïne Norah Price, technicienne bigrement efficace, arrive à s'échapper à temps (de peu) en atteignant une zone sécurisée de la station. Elle y retrouvera les autres protagonistes de cette histoire, quelques collègues survivants qui ont pu échapper in extremis à la mort lors de cette introduction remarquablement explosive.

Au cours de cette aventure, nous suivons les péripéties de cette nouvelle équipe improvisée dont l'unique but va être d'arriver à survivre au sein d'un environnement inondé clairement hostile à l'homme. Nous les soutenons durant l'ensemble de leur dangereux parcours semé d'embûches, entre ascenseurs totalement immergés sous l'eau, haute pression effroyable, oxygène cruellement limité, obscurité abyssale, et autres horribles créatures menaçantes. Nous les escortons durant l'intégralité de leur redoutable périple, autant risqué qu'hasardeux, durant lequel ils vont absolument tout tenter pour remonter à la surface, en vue d'être sauvés de cette situation cauchemardesque.

Mesdames et Messieurs, nous vous remercions d'avoir choisi notre parc UnderWaterLand !

📹 Réalisation / mise en scène :

Underwater ne cache pas ses influences, elles sont explicites et nous ramènent autant Ă  l'angoisse partagĂ©e par la tĂ©mĂ©raire Ellen Riplay dans la saga classique des Alien, qu'Ă  l'atmosphère oppressante des fonds marins d'un Abyss de James Cameron

La réalisation générale est tout simplement impeccable, au même titre que la direction des acteurs, aussi attachants les uns que les autres.

Afin de simuler les scènes immergées, ils ont dû faire appel à toutes les techniques d'effets spéciaux connues jusqu'ici pour ce type de montage. Ainsi, ils ont d'abord fait appel à des bassins remplis d'eau, puis ils ont aussi eu tout particulièrement recours à la technique dite du "Dry-for-Wet" (sec-pour-mouillé). Cela signifie qu'ils ont tourné ces passages en plateaux complètement au sec, éclairés à l'aide de filtres spéciaux, à moitié dissimulés sous une fumée artificielle environnante, et soutenus par des câbles attachés à leur combinaison servant à mieux représenter la réaction de la pression intense de l'eau sur leur manière de bouger. Décrit de la sorte, au premier abord, cela peut sembler un peu grossier comme procédé, voire rustique, et pourtant l'impression est confondante de réalisme car nous croyons réellement que tous ces passages ont été tournés sous l'océan. L'image conserve alors une forte authenticité grâce à ce type de méthode pratique, contrairement à une utilisation trop intense de truquages numériques qui peuvent diminuer l'immersion.

La direction artistique fait des merveilles, dĂ©jĂ  au niveau des dĂ©cors, les diffĂ©rentes stations sous-marines de forage qui s'offrent Ă  nos yeux, ainsi que leurs alentours plongĂ©s dans l'obscuritĂ© des profondeurs, sont diablement immersifs. Ensuite, si l'on parle des combinaisons submersibles qui pesaient de 30 Ă  45 kilos chacune, cela permettait aux comĂ©diens, qui faisaient mine de marcher sur la croĂ»te terrestre Ă  10 000 mètres de profondeur, de reproduire fidèlement la fatigue naturelle ressentie sous cette pression extrĂŞme de façon rĂ©aliste (car en fait, ils Ă©taient rĂ©ellement Ă©puisĂ©s Ă  devoir porter cet Ă©norme poids sur leur dos). Enfin, les effets spĂ©ciaux en gĂ©nĂ©ral sont de grande qualitĂ©, ils n'ont rien Ă  envier Ă  tous les colossaux blockbusters concurrents. SupervisĂ©s par MPC qui se sont chargĂ©s des effets visuels pour le dernier Harry Potter par exemple, les monstres aquatiques sont vraiment terrifiants, sans parler du climax final dantesque qui emprunte beaucoup Ă  l’esthĂ©tique d'un certain mythe crĂ©Ă© par H.P Lovecraft, mais nous n'en dirons pas davantage.

Quant Ă  la bande-son, elle est aux petits oignons, digne de la tension ressentie en permanence. Bien que discrète, elle reste Ă  la fois stressante et Ă©touffante.

Le déroulement de l'intrigue n'est qu'une fuite perpétuelle pour la survie dans un savant mélange entre thriller, action, science-fiction, des plus satisfaisants si tant est que l'on soit amateur de ce style de spectacle. Sur ce point, honnêtement, il est extrêmement difficile d'arriver à s'ennuyer durant le visionnage, c'est d'ailleurs assez appréciable avouons-le.

Pourtant, si simpliste que soit ce script, il n'en reste pas moins dénué d'un authentique message écologique à faire passer, même si ce n'est pas forcément exposé avec une subtilité extraordinaire.

- Alors qu'est ce que je vous sers? - Tout, sauf de l'eau s'il vous plait!

💛 Impression générale :

Les aficionados friands de ce style spĂ©cifique apprĂ©cieront assurĂ©ment cette ambiance particulière nous ramenant avec nostalgie Ă  une Ă©poque, pas si lointaine, oĂą le CinĂ©ma s'amusait Ă  imaginer tellement plus d’Ĺ“uvres de ce genre.

Les 1h35 de durée sans les crédits de fin, se suivent sincèrement sans déplaisir, sous un rythme effréné, ni trop long ni trop court. L'action est tellement intense et haletante que nous restons en apnée tout du long, pour ressortir de la séance complètement essorés.

Malheureusement, le film n'ayant fait quasiment aucune communication autour de sa sortie mondiale, il aura fait un flop monumental, un gigantesque échec planétaire au box office. Il est sorti dans l'indifférence générale en début Janvier sur grand écran, une période pourtant déjà bien connue pour attirer très peu de public en salles obscures. Cela nous indique assez explicitement que les distributeurs de chez Disney ne devaient pas croire une seule seconde au potentiel de rentabilité de ce projet lancé à la base par la Fox avant son rachat, et qu'ils n'ont hélas pas fait grand chose pour faire monter notre envie et notre intérêt avant sa sortie cinéma, bien au contraire.

Ayant coûté entre 50 et 80 millions de dollars à produire pour un résultat équivalent à une production qui en aurait valu le double, il n'en aura rapporté que 40 millions à l'international au final. Triste destinée pour cette aventure visuelle hors norme. Une telle épreuve de survie si palpitante, à travers des conditions si peu communes (en effet, cela nous change un peu des habituelles expéditions spatiales), ne méritait décidément pas une telle punition, car même si nous sommes peut-être loin d'être devant le film de l'année, il n'en reste pas moins un bon long-métrage de genre, divertissant et prenant de bout en bout.

Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien... mais l'important c'est pas la chute, c'est l'amerrissage!


🏆 Notes parmi l'Ă©quipe :

Damien

Critique rédigée par Damien





Aucun commentaire:

Publier un commentaire