lundi 4 juillet 2011

Sony VPL-HW30ES : premiers tests


La semaine dernière, nous avons eu la visite de Sony chez HD LAND qui nous a présenté le tout dernier projecteur Full HD 3D VPL-HW30ES. Lors de cette présentation, nous n'avons pas pu avoir l'autorisation de mettre des mires (modèle non finalisé).

Caractéristiques techniques
- Tri-matrices SXRD
- 70 000:1 de contraste (avec Iris Dynamique)
- 1300 Lumens
- Convertisseur 2D/3D
- Correction de gamma (9 modes)
- HDMI 1.4 (x2), Y/Pb/Pr, Sub‑D15
- Traitement vidéo 240 Hz
- 22 dB
- Lens-shift manuel (V : +/-0,65, H : +/-0,25)
- 10 Kg
- Lampe active 200W

Design
Sans surprise, le VPL-HW30ES reprend le design des modèles précédents à savoir soigné et peu volumineux. Le projecteur sera proposé en version blanche peu après la sortie de la version noire.

Bruit
C'est l'un des points forts de ce vidéoprojecteur. Malgré un niveau de 22 dB indiqué par le constructeur, le vidéoprojecteur nous a paru être plus silencieux que le JVC DLA-X3, pourtant annoncé pour 19 dB. Le mode 3D est étonnement silencieux.

Optique
C'est le point faible de l'appareil. On n'est pas au niveau d'un projecteur haut de gamme. Néanmoins, l'optique est meilleure que celle du Sharp XV-Z17000. Les convergences n'avaient pas l'air trop mal sur le modèle qui nous a été présenté.

Uniformité
L'uniformité n'est pas parfaite en particulier dans les scènes sombres ou l'on a des fuites de lumière sur les bords intérieurs de l'image.

Colorimétrie
Sans mire, il nous a été impossible de mesurer la colorimétrie. A l'oeil, la colorimétrie semblait satisfaisante mais pas totalement respectueuse des normes vidéo. Comme sur les modèles précédents, il est nativement possible de calibrer le point blanc (plusieurs mémoires). Malheureusement, les gamut devraient toujours être aussi difficiles à régler avec le réglage propriétaire Sony "RCP". A quand un vrai CMS digne de ce nom comme sur les moniteurs pro de la marque ?

Mode 2D
L'image est d'un bon rendu mais on est loin de la qualité d'image du Mitsubishi HC9000D surtout au niveau de la dynamique d'image. Le niveau de noir est inférieur à celui du DLA-X3 mais reste très correct surtout avec l'iris activé. L'iris est d'ailleurs très discret au niveau du pompage mais change tout de même légèrement la colorimétrie.

Mode 3D
Les lunettes sont très légères (59g) et plutôt confortables mais pourront légèrement gêner les porteurs de lunettes. L’émetteur peut se placer en frontal en réflexion sur l'écran (d'après Sony) mais nous n'avons pas pu tester cette configuration. L'image est particulièrement lumineuse en 3D grâce à une nouvelle technologie de lampe qui permet d'envoyer plus de luminosité lorsque les filtres actifs des lunettes sont pleinement ouverts. Les effets de dédoublement d’image (ghosts) ont pratiquement disparu et la fluidité est excellente en 24p y compris avec le motion flow désactivé (c’est le gros point fort de Sony). Néanmoins, les options d’iris dans le menu sont désactivées en 3D (aucun réglage possible).

Conclusion
En attendant le modèle définitif, ces premiers tests sont très enthousiasmants en particulier en mode 3D où le petit projecteur de Sony fait très très fort !

Disponibilité française : fin juillet 2011 (modèle noir)
Prix public : 3300€
Prix des lunettes (Sony TDG‑PJ1) : 99€
Prix de l'émetteur (Sony TMR‑PJ1) : 69€

Voir la fiche produit en français... (Merci à Sony France)
Voir le manuel d'utilisation en français... (PDF)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire