mardi 21 juillet 2020

Critique de L'APPEL DE LA FORET (2020) de Chris Sanders



💡 À savoir :

L'Appel de la foret est une énième adaptation du roman classique éponyme écrit par le célèbre auteur Jack London (1876-1916), publié aux états-unis en 1903, puis 3 années plus tard chez nous. Cet écrivain américain est extrêmement reconnu dans la littérature des Etats-Unis pour avoir été derrière l'écriture de nombreux récits tournés autour de la nature sauvage et des animaux (dont le plus mondialement connu est certainement "Croc-Blanc"), tous assez engagés socialement et écologiquement.

Après avoir été portée sur de nombreux médias différents, allant de la série animée japonaise, jusqu'aux différentes réalisations cinématographiques qui ont traversé les techniques et les âges depuis presque une centaine d'années, toutes plus ou moins fidèles à l'histoire originale, ce sera finalement de nouveau pour les salles obscures que cette épopée sera contée. D'abord lancé par les studios de la FOX, c'est Disney qui reprendra le flambeau, une fois leur rachat effectué.

Le rĂ©alisateur Chris Sanders est un habituĂ© des longs mĂ©trages d'animation, avant ce L'Appel de la foret il avait fait ses armes en rĂ©alisant Lilo & Stitch, Dragons, puis Les Croods. Ă€ la base prĂ©vu pour ĂŞtre rĂ©alisĂ© intĂ©gralement en images de synthèse, il va prĂ©fĂ©rer le tourner en "live-action" (prises de vues rĂ©elles accompagnĂ©es d'une ribambelle d'effets numĂ©riques).

Il a pu s'entourer d'un petit casting qui n'en reste pas moins de haute volée puisque nous débutons l'histoire avec notre petit Français, le radieux Omar Sy (Intouchables) qui joue le joyeux postier Perrault, donnant la réplique à sa collègue Françoise interprétée par Cara Gee (The Expanse). On enchaîne ensuite avec l'immense Harrison Ford (Star Wars) dans le rôle mélancolique de John Thornton, qui sera confronté à Dan Stevens (La Belle et la Bête) incarnant le cupide Hal.

Quand Omar réalise que les images de synthèse, c'est "intouchable".

đź“– L’histoire :

Durant les années 1890, le jeune Buck est un Saint Bernard / Scotch Collie qui vit une paisible existence de bon chienchien domestique jusqu'à ce qu'il se fasse capturer par de malhonnêtes inconnus. Arraché à sa maison bourgeoise sous la chaleur de la Californie, il doit donc abandonner ce confort de la civilisation pour être enrôlé de force comme chien de traîneau loin de chez lui dans les froides et immenses contrées retirées du Yukon, qui s'étirent de l'Alaska jusqu'au Nord-Ouest canadien.

C'est dans la petite ville de Dawson oĂą Buck est dĂ©tenu, qu'il finit par croiser la route de Perrault, jeune facteur français sympathique accompagnĂ© de sa collègue Françoise. ImpressionnĂ© et intĂ©ressĂ© par l’incroyable force potentielle de la bĂŞte, il l'adopte pour l'engager dans son Ă©quipe de chiens de traĂ®neaux prĂ©posĂ©e au transport du courrier.

Durant de nombreux voyages, notre molosse affronte de nouvelles difficultés, comme les environnements enneigés à arpenter, les étendues de lacs de glace à franchir, sans compter le chef alpha de l'attelage qui fait des siennes, jaloux de la récente notoriété de ce novice du traîneau.

Hélas, alors que notre Saint Bernard commençait à s'habituer à son nouveau maître et à apprécier sa nouvelle vie, cela ne peut plus durer infiniment. L'activité de Perrault est en voie de disparition puisque le courrier postal est sur le point d'être remplacé par le télégraphe. C'est avec le cœur déchiré qu'il finit par revendre son pauvre groupe de chiens de traîneaux.

Buck et ses compagnons, retrouvés orphelins se font donc rachetés par le cupide Hal, chercheur d'or prêt à faire prendre tous les risques les plus mortels aux pauvres bêtes tant que c'est pour se remplir les poches de pépites.

John Thornton, un vieil homme triste, jamais remis de la mort de son fils, s'est exilé et vit en ermite dans sa tente près de la ville de Dawson pour se réfugier dans l'alcool. Il croisa plusieurs fois Buck avec grand plaisir, pour qui il s'est pris d'affection. Mais lorsqu'il le voit se faire maltraiter par Hal, John va faire en sorte de le libérer du joug de son bourreau.

Ainsi, John va prendre Buck sous son aile, et va partir en expédition au-delà des cartes à la recherche d'un réconfort. Les deux amis sont irrémédiablement attirés par l'appel de la forêt, et Buck va enfin pouvoir renouer avec ses racines sauvages.

HEY HO ! HEY HO ! on rentre du boulot !

📹 Réalisation / mise en scène :

Malgré tous les portages existants de cette glorieuse excursion, c'est la première fois qu'elle est adaptée dans son intégralité, et du point de vue de son protagoniste, Buck. En fait, le but était d'arriver à raconter ses péripéties sans que cela doive se faire à travers de longs dialogues ou une voix-off collée au canidé. Et sur ce point le pari est particulièrement réussi il faut bien le dire, les sentiments du gentil toutou sont parfaitement lisibles et compréhensibles tout du long.

Certes, l'omniprésence des effets numériques peut entraîner une sorte de malaise tellement l'aspect visuel général peut paraître superficiel au premier abord, autant les paysages que la faune qui ont une place véritablement prépondérante. Le risque d'amenuiser l'immersion dans le récit est bien là, selon les sensibilités de chacun, mais l'esthétique globale reste plutôt cohérente, et nonobstant quelques plans "devant un fond vert" visiblement mal incrustés à l'image, force est de constater que le périple parcouru par nos attachants personnages se laisse suivre fort agréablement, une fois que les yeux s'habituent.

En terme de direction artistique nous pouvons ressentir que des moyens colossaux ont Ă©tĂ© employĂ©s ici, des dĂ©cors aux panoramas grandioses, une gĂ©nĂ©reuse palette de couleurs vives qui accrochent l’Ĺ“il, des mouvements de camĂ©ras majestueux dans certaines scènes d'action Ă©minemment Ă©piques, le dĂ©paysement est bel et bien prĂ©sent.

Au début, nous pouvions nous demander pourquoi ils ont fait le choix de cette méthode d'effets numériques pour matérialiser de simples chiens, là où de nombreux films animaliers ont utilisés "simplement" de vrais animaux dressés. Et il est vrai qu'il n'est pas facile de s'habituer à Buck au début, nous sommes en plein dans la "vallée dérangeante" où l'on est face à un design se voulant ultra réaliste, mais qui fait alors considérablement ressortir les défauts d'animation ou d'anatomie, ce qui peut s'avérer vraiment perturbant. Ce sentiment gênant finit par s'estomper jusqu'à presque disparaître totalement car on finit par s'attacher naturellement au gros toutou qui s'impose à l'écran, et vu les actions qu'il exécute, on comprend assez logiquement pourquoi ils n'ont pas utilisé un vrai animal apprivoisé.

Cette époque de la ruée vers l'or est fondamentalement bien retranscrite à l'écran, depuis les costumes jusqu'aux architectures, il n'y a rien qui dénote. La bande-sonore orchestrale fait bien ressortir le coté grandiloquent de toute cette odyssée.

Les acteurs sont bien dirigés, Omar Sy reste fidèle à lui-même en affichant son habituel air réjoui en permanence, qui colle plutôt bien avec "l'esprit Disney", quant à Harrison Ford, il prouve encore à quel point il est un acteur remarquable par sa prestation on ne peut plus touchante. Les deux acteurs se sont bien amusés avec la doublure réelle de Buck, un acteur cinquantenaire en combinaison moulante qui mimait les mouvements et comportements du gros cabot sur le plateau de tournage.

Ça me change un peu de Chewbacca

💛 Impression générale :

Souffrant certainement d'un rythme relativement étrange, d'une narration décousue, et d'une ambiance générale de dessin-animé enfantin, le film arrive à bien se rattraper sur sa deuxième moitié. Une fois que nous dépassons la première partie troublante, dont la vue de la faune et la flore artificielles donne une sensation de malaise, l'intrigue finit par décoller et nous amène finalement dans un réel voyage au cœur de territoires vierges, comme promis dans le titre. Les étoiles de l'aventure et de l'exploration brillent toujours dans les yeux de Indiana Jones, même avec le poids de la sagesse sur le dos, et cela fait bien plaisir à (re)voir, on ne va pas se le cacher.

Sortie en salles obscures au tout début de la période du confinement généralisé des populations, cette super-production connut logiquement un flop catastrophique au box-office mondial. Avec son budget colossal de 135 millions de dollars, il n'en aura rapporté "que" 105 millions "à peine", loin de la moindre rentabilité hélas. Après une distribution précipitée en VOD, sa ressortie au cinéma le 22 juin n'aura pas réussi à limiter la casse non plus, et signe ici un énième échec commercial de la 20th Century, dont Disney se serait probablement bien passer depuis qu'ils ont racheté ces fameux studios de la FOX.

Dans une période marquée par un formatage de plus en plus omniprésent des blockbusters américains, il est bien dommage d'avoir manqué cette occasion de remettre sur le devant de la scène une telle jolie histoire classique, authentique, et remplie de cœur, bien loin des enjeux surfaits de super-héros tous unis pour sauver l'univers face un puissant ennemi démoniaque.

Ceci est notre dernière croisade mon cher Junior.

🏆 Notes parmi l'Ă©quipe :

Damien

Critique rédigée par Damien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire